La vie à 6

Hello!

(Alors avant tout, sachez que cet article est dans mes brouillons depuis plus d’un an, je l’ai lu et relu 100 fois sans jamais le poster…et puis aujourd’hui je me suis dit que j’allais le laisser tel qu’il est. Après tout il a été écrit le plus naturellement et frénétiquement possible, et c’est comme ça qu’il est le plus spontané)

Il y a quelques temps je vous demandais sur snapchat si vous vouliez que j’aborde certains sujets en particuliers. Parmi vos réponses, vous avez été nombreuses à me demander de parler de mon quotidien à la maison, l’organisation entre le boulot et mes 4 petits pirates.

Je n’ai pas de réelle organisation, rien de figé ni d’établi en tous cas. Je suis très paradoxale, je suis une toquée de l’organisation, et en même temps je déteste la routine, les choses trop carrées et l’autorité…

Forcément avec 4 enfants je suis obligée de m’organiser un minimum, mais comme tu l’imagines mes enfants ne sont pas arrivés tous les 4 en même temps. Chacun est venu se greffer au rythme de la maison.

Quand j’ai eu Aaron, j’avais 26 ans, ça a été pour moi une révolution, une révélation, mon premier bébé, mon tout petit, j’ai tout claqué pour me consacrer qu’a lui. J’ai arrêté de travailler, je ne voulais pas perdre une seul demi seconde de son existence, j’étais incapable de le laisser, et je voulais qu’on partage tout, je l’ai emmené avec moi partout, pendant 3 ans, jusqu’à sa première rentrée des classes. J’ai écouté mon coeur plus que ma raison, C’était le premier, on n’avait pas de contraintes d’horaires, pas de contraintes tout court en fait, on ne vivait que pour lui. Parfois il dinait à 20:00, se couchait à 22:00 et se levait à midi. On était jeunes, cools, et on ne vivait pas qu’au rythme d’un bébé. Aaron était un enfant plein d’énergie, mais qui était facile et qui s’adaptait à toutes les situations.

Quand il a commencé à aller à l’école il a fallu qu’on change notre rythme, qu’on se plie aux horaires, qu’il dîne à 18:30, qu’il se couche à 19:30 pour se lever à 7:30. L’école, la séparation, Les premiers temps ont étés très durs pour lui (Et pour nous) et puis il s’y est fait, comme tout le monde.

Romy est née en décembre, 3 mois après la rentrée des classes d’Aaron, elle est arrivée dans une famille qui avait déjà un rhytme, c’était un bébé facile, une grosse dormeuse, que l’on couchait le soir à 19:00 tapantes pendant 3 ans. Elle est arrivée discrètement, sans prendre toute la place à son frère qui était le seul jusqu’alors.

Ben est né 3 ans plus tard, le 9 septembre. Quelques jours après la première rentrée de Romy et la rentrée au CP d’Aaron. Ben n’a pas eu un début facile, il est né avec des gros soucis de santé, je n’ai pas trop envie de rentrer dans les détails mais ce n’était pas facile psychologiquement de faire face à cette angoisse permanente. J’étais prise chaque mardi pendant plus d’un an, une journée complète à l’hôpital avec le professeur qui le suit. Forcément le rythme et l’angoisse ont joué sur mon moral, j’ai vécu quelques mois en apnée, mais j’ai tout fait pour qu’Aaron et Romy ne ressentent pas mon inquiétude.

Cette année là, Aaron avait des devoirs, et Romy rentrait épuisée de ses journées à l’école. Et là…je me suis dit qu’il fallait vraiment que je trouve un semblant d’organisation, un plan d’attaque pour ne pas être noyée entre 16:30 et 20:00, le prime time de toutes las mamans, le marathon du soir, les bains, les devoirs, le repas, l’histoire avant de dormir etc…

J’ai commencé à trouver un bon ryhtme de croisière quand j’ai simplifié certaines choses, les courses par internet par exemple, ou la livraison à domicile, un truc tout bête mais qui m’a changé la vie. Je préparais le diner le matin ou le soir quand les enfants dormaient pour pouvoir être complètement libre à la sortie de l’école.

20 mois après la naissance de Ben on a accueilli notre petit Saul, et lui, n’a absolument pas chamboulé le rythme de la maison. Le passage de 3 à 4 s’est fait naturellement, et bien plus facilement que le passage de 2 à 3. Quand il est né, j’avais donc Ben et Saul à plein temps, et je travaillais depuis la maison.

Aujourd’hui tout roule, ils ont grandi, je n’ai plus vraiment besoin de m’organiser comme il y a 2 ans par exemple, déjà parceque Ben aussi va à l’école en septembre, Saul va a la crèche. J’ai arrêté de travailler depuis la maison la plupart du temps, je retourne au bureau.

On a quand même nos petites habitudes, des petites « routines » qui règlent leurs semaines. Je ne prépare plus le dîner le matin parceque chaque soir j’ai un petit chef cuisto qui m’aide a préparer . Un soir, Aaron, un soir Romy, un soir Ben. Celui qui aide choisit le menu, les autres mettent la table et la débarrassent. Oui, j’exploite mes enfants, parfaitement! Je te cache pas que certains soirs ils tirent la gueule quand il faut débarrasser, mais je leur met la musique à fond, on danse, on chante et c’est parti, tout le monde s’y colle de bon coeur.

Pareil pour l’histoire du soir, c’est la tradition, ils choisissent un livre et se donnent rendez vous dans le lit de « Papa et Maman », on raconte l’histoire, on fait quelques petits commentaires, des chatouilles, un bisou, un câlin, un dernier bisou, un dernier câlin, le dernier des derniers et on va se coucher. Ben est un boomerang, il se couche, s’endort, je le retrouve souvent dans notre lit le soir quand on va se coucher, on le remet dans son lit, et il revient…Repeat

J’ai encore quelques réglages à faire au sujet de leurs chambres…là j’ai un peu plus de mal à les faire ranger correctement…mais ça viendra, j’espère.

Je pars du principe que l’enfance c’est court, 10, 12 ans maximum…et encore?

Alors je veux les faire kiffer, les élever dans la bienveillance, je veux qu’ils aient des valeurs et qu’ils soient respectueux, mais personnellement je ne vois pas l’intérêt de les enfermer dans des règles rigides. J’ai envie qu’ils gardent l’insouciance d’un enfant et qu’ils restent à leurs places d’enfants. On veut avant tout qu’ils soient heureux et que plus tard ils aient de bons souvenirs de leur enfance, qu’ils aient confiance en eux, qu’ils soient respectueux et bienveillants.  Je n’ai pas envie d’en faire des petits soldats qui plient le linge au carré, parque quand on est gosse, le bazar c’est tellement plus cool. Je leur demande de ranger leurs affaires pour le principe, pour pas qu’ils pensent que je suis leur esclave, mais en vrai, je re range derrière eux, parceque j’aime quand les voitures sont dans la caisse de voitures, quand les légos sont dans la boite des légos, et que les piles de tee shirts sont bien droites. Mais quand on est adulte (Et un peu maniaque sur les bords), on n’a pas les mêmes attentes et la même vision qu’un enfant. Je suis leur esclave et je l’assume. Certaines de mes copines me trouvent trop permissive, parfois je doute, mais finalement, on ne se refait pas, on ne se change pas, on élève ses enfants comme on le veut, et surtout comme on le peut, c’est comme ça. Et puis finalement, même en étant plutôt souple,ils trouvent leurs limites tout seuls la plupart du temps, ils sont polis et travaillent bien à l’école. Certes, ils ne savent pas laver leur linge, ni repasser, mais au final est ce que j’ai vraiment envie d’avoir des enfants réglés comme du papier à musique? Non!

Quand je n’avais qu’Aaron et Romy, je me rendais malade si ils mangeait un gâteau avant le diner, si à 20:00 ils n’étaient pas couchés, si ils regardaient la télé de bon matin, et puis maintenant, je laisse couler dans la limite du raisonnable. Parfois ils se couchent à 22:00, parfois ils mangent un bol de korn flakes à 18:00, et c’est pas si grave.

Ils ont chacun leurs petites manies, même si des fois c’est relou, on fait avec, rien de dramatique, et à quoi bon les frustrer?

Ben a besoin d’aller se coucher avec un verre d’eau qui fini systématiquement renversé, Aaron construit des cabanes avec toutes les couvertures de la maison, Romy c’est mademoiselle relou pour s’habiller le matin la reine du layering et du mix N match…et Saul il n’est pas du tout du matin.

Ils sont heureux, ils sont complices, ils s’aiment et sont bien intentionnés les uns envers les autres, ils sont équilibrés (Je pense) et pour moi c’est tout ce qui compte!

En ce qui concerne l’intendance de la maison, et le linge en particulier, la c’est une vraie organisation. Je déteste que les enfants portent 2 fois le même jean, ou le même pyjama, je change les draps tous les 3 jours, du linge sale j’en ai!

On a investi dans une machine à laver de compet’, 13 kg, et je ne laisse pas le linge sale s’accumuler. Je fais une machine par jour minimum, et je mets tout au sèche linge.

J’avoue…le repassage j’ai plus de mal…je le laisse à ma femme de ménage, ma sauveuse.

Vous me parliez aussi des repas. Est ce que je prévois des menus chaque semaine?

Non! Maintenant je ne fais plus les courses sur internet, je vais à Carrefour une fois par semaine et je me fais livrer, j’achète plus ou moins toujours la même chose. Je prends les fruits et légumes chez le producteur. Et quand il me manque des ingrédients pour le repas que veulent faire les enfants le soir, je vais les acheter dans la journée. Et quand je zappe…coquillettes au beurre et oeufs à la coque:)

On teste pas mal de recettes, mais je ne prépare jamais de menus à l’avance. J’ai essayé à une période, mais je ne m’y tenais pas, il me manquait toujours quelque chose, ça ne me plaisait pas, le manque de spontanéïté, et les enfants n’étaient jamais d’accord. Alors qu’en préparant avec eux, ils sont toujours contents.

J’essaye tant que possible de bannir les produits industriels, en préparant par exemple tous les jours le gouter des enfants pour 16:30. Mais évidemment il arrive que je n’ai pas le temps, et je dégaine les miel pops ou un paquet de barquettes 3 chatons. Souvent je prépare aussi une grosse fournée de muffins, que je congèle. Je les sors une heure avant et c’est parfait.

Je n’achète pas de légumes surgelés, ni de poissons panés, alors certes, ça prend un peu plus de temps mais c’est quand même meilleur pour eux.

Je ne cherche pas à m’identifier à la famille parfaite qu’on voit dans les séries, ni à la maman modèle, Finalement je crois que la vie d’une maison se fait naturellement, en essayant des choses, en respectant le rythme et les caractères de chacun, on trouve une harmonie. Mon équilibre à moi c’est ma petite famille.

Voilà…vous savez tout!

 

Suivre:

18 Commentaires

  1. Catherina
    9 mai 2018 / 13 h 13 min

    Très belle vision des choses, je n’ai qu’un enfant et il a 21 mois, mais je voudrai réussir à appliquer tout ce dont vous parlez. Je ne savais pas pour la naissance compliquée de votre fils, et pourtnat je vous suivais quand il est né. Vous êtes très courageuse.

  2. Anna
    9 mai 2018 / 13 h 14 min

    Oh je ne savais pas que Ben avait eu des soucis! Petit coeur! En tous cas, je t’admire! Ça ne doit pas ètre facile tous les jours de gerer tout ce petit monde

  3. Karine
    9 mai 2018 / 13 h 21 min

    Je n’ai que 2 enfants et je suis souvent sous l’eau. Je n’ai qu’un mot a dire: Respect!

  4. Jeanne
    9 mai 2018 / 13 h 23 min

    Quelle belle vision de l’education, ça me parle! J’aime beaucoup cet article

  5. Sabine
    9 mai 2018 / 13 h 26 min

    C’est sans doutes l’article que je préfère, il est transparent et spontané et finalement Wondermaman tu es une femme comme les autres! Merci pour ces lignes qui me deculpabilisent. Vous avez du traverser des moments difficiles avec les soucis de ton petit Ben, j’esp Que tout ça est loin derrière vous. Des bises de Nice

  6. Flo
    9 mai 2018 / 13 h 33 min

    J’aime la fraicheur de ces lignes! J’imagine que tout n’est pas parfait tous les jours, la perfection n’existe pas mais on voit bien que vous etes des merveilleux parents et que vous faites tout pour entourer vos enfants d’amour.

  7. Stéphanie
    9 mai 2018 / 13 h 55 min

    J’ai eu le sourire durant toute ma lecture … le bonheur d’être maman.
    La phrase sue je retiens est celle-ci: « Ils sont heureux, ils sont complices, ils s’aiment et sont bien intentionnés les uns envers les autres, ils sont équilibrés (Je pense) et pour moi c’est tout ce qui compte! » Parce que le reste on s’en fiche !
    Merci pour ce texte si intime de ta vie de famille et de maman.
    Bises

  8. Margot
    9 mai 2018 / 14 h 15 min

    WonderMama! Vraiment j’ai aimé chaque ligne que j’ai lu, on sent la sincérité et ça dégouline d’amour.

  9. Zoé
    9 mai 2018 / 15 h 01 min

    Je n’ai pas encore d’enfants, mais j’en ai 28 tous les jours assis devant moi
    Je suis hyper admirative devant tes storys, la facon dont tu ries avec tes enfants, comment tu leur parles…
    J’espere etre aussi patiente et cool avec les futurs miens!

  10. Cathy
    9 mai 2018 / 17 h 43 min

    Je suis en admiration envers toi , chapeau !!!! Je pense que je vais changé des choses dans mon quotidien avec mes enfants. Je te dit merci pour ce texte de ta vie de famille j’Ai adoré !!! Je t’embrasse

  11. Lisbaune Persie
    9 mai 2018 / 18 h 42 min

    Très chouette article – je peux venir vivre chez vous de temps en temps ? ^^
    Ce que tu écris est juste et à ton image et c’est bien là l’essentiel – parfois je me trouve nulle parfois trop rigide et trop stricte et parfois je trouve que je déborde trop d’amour et qu’il faut que j’apprenne à être moins mère poule … j’espere trouver le juste milieu mais grâce à ton article je me rends compte que l’on est aussi comme on est et qu’il n’y a pas de perfection on fait juste comme on peut et de notre mieux. Gros bisous Wonder Maman

  12. so
    10 mai 2018 / 10 h 55 min

    vous êtes pour moi la famille parfaite, mon compte insta favori!!!j’aimerai être comme vous avec 2 petits garçons pas tous les jours facile, mais vous avec 4 ça a l’air tellement simple!! difficile quand le conjoint n’est pas la même optique, plutôt papa autoritaire alors c’est compliqué quand on a 2 visions de l’éducation très différente je ne sais pas si on va y arriver un jour…
    merci pour cette joie de vivre bcp de bonheur à 6

  13. Samira
    14 mai 2018 / 13 h 43 min

    Oh la la je sais pas comment vous faits jén ai qu’une c’est un petit monstre et deja je m’en sort pas trop alors quatre j’ose meme pas imaginer je crois que je finirait enfermer dans un asile. Merci pour les conseils je vais essayer de moins m’enerver quand elle met le basar de partout

Laisser un commentaire